Entrer en transformation


De tous temps, l’humain de cette planète a tenté de comprendre le sens de sa présence Ici et Maintenant. Il lui a toujours été difficile, voire impossible de le faire car il s’appuyait sur les visions des générations qui l’avait précédé. Cette vision était par définition altérée, car eux-mêmes avaient fait de même, appuyant leur perception du monde, non pas sur une observation réelle du monde qui les entourait, mais sur une série de prismes composés de croyances trans-générationnelles créant des visions truquées de la Réalité.

Lorsque tu entres en transformation, tu dois en tout premier lieu t’interroger sur ce qui est autour de toi. Regardes ce qui t’entoure. L’arbre, la maison, la fleur, le caillou du chemin, le pylône électrique, la voiture qui croise ta route, en un mot, chaque élément qui compose ton environnement quotidien. Regardes tout cela dans le détail, comme si tu étais un habitant d’une autre planète débarquant Ici pour la première fois. Observes attentivement les éléments qui compose chaque chose, leur couleur, leur texture, l’agencement de leur architecture. Prends le temps de poser ton regard sur chaque élément. Trop souvent le regard est machinal (au sens littéral du terme). Le regard d’une machine qui enregistre la présence de ce qui est là mais qui ne regarde pas n’a jamais été une vraie façon de regarder.

En faisant cela, tu prends alors conscience que tu n’as jamais réellement regardé ce qui t’entoure. Tu découvres la magnificence de la création, le divin agencement qui fait que la matière existe, l’incroyable précision qui préside à ce que la matière soit cohérente et vivante.

Tu découvres les miracles d’équilibre, d’organisation et d’ingéniosité qui font que l’objet existe. Tu ôterais un seul élément, la création s’effondrerait. Alors tu respires le parfum de la Vie. Tu respires le Sens des choses sans nullement pouvoir définir ce qu’il est. Mais tu sais, du plus profond de toi-même que chaque chose est parfaite, y compris les créations de l’humain. Car si tel n’étais pas le cas, la création n’existerait pas dans la matière.

Alors, à ce moment-là, changes de focal et regardes-toi. Tu comprends alors que ton corps est parfait. Tu comprends que ce qui préside au miracle de la Vie repose sur le moindre détail, sur la moindre parcelle de matière. Tu comprends aussi que chaque énergie environnementale possède une incidence sur ce précaire équilibre. Tu comprends que le « mental environnant » est capable d’altérer, voire même de détruire, ce si subtil équilibre.

Alors, la vigilance s’installe en toi. Tu découvres que chaque pensée non correctement posée peut détériorer ce savant équilibre. Tu découvres la puissance de destruction des fausses images que tu as de toi-même. Car tu es parfaite. Comment pourrait-il en être autrement, puisque tu es vivante ? Tu découvres aussi l’immense responsabilité que tu as vis-à-vis de la planète. Car, si ta pensée déséquilibre ce magnifique agencement que tu es, n’est-ce pas toute la planète qui subit ce dommage. N’oublies pas l’image du battement des ailes du papillon qui déclenche un ouragan de l’autre côté de la Terre.

Il m’a fallu longtemps pour comprendre cela. Longtemps pour sortir du regard de zombie que je portais sur le monde. Encore plus longtemps pour ne plus juger ceux que je voyais encore atteints de cécité. Je sais aujourd’hui que le regard dénué de croyances, que le regard libéré des peurs, que le regard de l’être qui nait constitue la clé de la transformation. Je sais aussi que la pensée déséquilibrée détruit. J’ai vu combien de souffrances j’avais posé dans ma vie pour ne pas m’être mis à nu devant la Vie. J’ai vu comment mon mental avait déformé ma réalité pour la transformer en un chemin de souffrances. Je vois encore combien mes Frères et mes Sœurs les humains se font ainsi mal.

Alors je te dis : « Regardes !! »

Regardes comme tu es belle. Regardes comme tu es beau. Regardes comme ton imperfection témoigne de l’infinie conscience qui est la tienne. Regardes comme ton chemin enrichit cette terre. Regardes enfin, ô oui enfin … ce que tu es…

Message à une amie

lune
une autre planète – photo Serge Briez
Publicités

, ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :